AVERTISSEMENT

Je tiens à préciser pour les personnes qui auraient du mal à comprendre la démarche d’un blog (flatter l’égo démesuré de l’auteur, partager ses névroses, faire pleurer dans les chaumières, passer ses nerfs, raconter des conneries, informer un peu, se marrer beaucoup, toussa), que tout ce qui est écrit ici – non seulement n’engage que moi – mais surtout, que tout ce qui y est raconté est bien évidemment purement fictif. Par là j’entends que ces récits, satires, pamphlets, anecdotes (lorsqu’ils ne sont pas tirés d’ouvrages extérieurs) sont inspirés de faits réels mais sont, comme vous l’aurez tous compris, racontés à travers le filtre d’une imagination débordante et d’un esprit, je m’en excuse, légèrement névrosé.

jeudi 12 janvier 2012

Les maux du cavalier (2)


Alors, où en étions nous ?

Ah oui, les adducteurs... 

Bon, chaque cavalier est censé savoir où se trouve ses adducteurs, non ? Nan parce que si y a bien un endroit où l'on est censé avoir mal après une bonne séance de mise en selle, c'est là. Oui, vous savez, ces muscles à l'intérieur de la cuisse, qu'on savait pas à quoi ils servaient jusque là et qui font horriblement mal dès que l'on fait un pas le lendemain et pendant deux jours après cette fameuse séance... Ils font d'autant plus mal que l'on est inexpérimenté et que l'on se contracte en serrant les genoux, mais bon, ça vous le savez déjà ! Les adducteurs sont des muscles extrêmement faciles à étirer après une séance, alors n'hésitez pas à vous asseoir parterre, les jambes pliées pieds joints puis écartez vos genoux progressivement et dans un mouvement linéaire, pas d'à coups surtout !


Muscles adducteurs de la cuisse (http://www.anat-jg.com)


Ensuite nous avons les fessiers, enfin, après quelques recherches sur des schémas je n'ai pas trouvé mieux que fessiers, ou plutôt, les moyens fessiers. C'est le muscle qui se trouve en bas du dos et sur le coté, ou en haut de la fesse, tout dépend de quel côté on se place ! Alors celui là on le découvre généralement après une séance d'obstacle où on a passé le plus clair de son temps en équilibre, ou alors, plus tard, lorsqu'on découvre l'ouverture de l'articulation coxo-fémorale, ça c'est quand on commence à se prendre pour un dresseur : trot assis, jambe méga descendue, bassin engagé, dos en maintien parfait, etc. Bref, ça tire un peu mais c'est bon signe !


Articulation coxo fémorale


Plus haut, nous avons les abdominaux et les dorsaux, alors, pour tout vous dire je n'ai strictement jamais eu mal au dos en montant à cheval. Par contre, en ce moment, je suis en phase d'expérimentation du mal aux abdos et je vais vous dire comment. Je suis en train de travailler le trot en extension avec mon cheval. Le trot en extension est un trot moyen la plupart du temps lors duquel le cheval tend très fort ses antérieurs vers l'avant grâce à une poussée importante des postérieurs et une impulsion supérieure. Mon cheval a un trot moyen acceptable, mais il a vraiment du mal à étendre ses antérieurs, cela n'est pas du tout naturel pour lui alors que d'autres le font presque de manière innée... Donc, un peu de boulot en plus pour lui apprendre cette magnifique "allure".

Trot en extension de Totilas et Edward Gal (image chevalmag.com)

Pour réussir à obtenir un trot en extension il faut surtout imprimer une vraie impulsion à son cheval avec une assiette propulsive et tenir son dos d'une manière dont je n'avais pas idée avant ! Pfiou, une demi diagonale comme ça et j'ai déjà les abdos qui tirent !!

Ah, j'ai oublié quelque chose ! Les échauffements de là où ça fait mal et surtout de là où on est pas trop à l'aise pour aller l'expliquer à son médecin... Vous voyez de quoi je parle ? Bon, moi j'ai de la chance, franchement, ça n'a jamais été un vrai problème pour moi. Je pense qu'une bonne selle et des sous vêtements adaptés y font beaucoup. En revanche, je me suis toujours demandé comment ça se passait pour la gente masculine... Mais bon, vous imaginez bien que je ne suis pas allée leur demander ! Donc si une bonne âme venait nous en parler en commentaire pour satisfaire ma curiosité, je serais très flattée et très reconnaissante de ce magnifique don de soi pour la (ma) science :)

Pour ces dames, je conseille un très bon maintien pour la poitrine, on sait bien que les secousses répétées, que ce soit à cheval ou en footing sont très loin d'être bénéfiques pour cette partie spécifique de notre anatomie... Et puis les bretelles qui passent leur temps à se faire la malle, ça va bien deux minutes hein, on a quand même pas que ça à faire !

Voilà voilà, passons aux épaules, mon drame... Il se trouve que j'ai régulièrement très mal aux épaules, ou plutôt aux trapèzes :

Image de entrainement-sportif.fr

Donc, vous voyez la zone en rouge ? Ben voilà, moi, dès que je fais une grosse séance et que mon cheval me maltraite un peu (oui c'est mon cheval qui me maltraite et pas l'inverse) et ben j'ai mal tout partout là où c'est rouge mais à gauche. Et oui, depuis l'insertion au niveau des cervicales, jusque tout en bas là bas, et je vous promets que ça fait super très beaucoup mal ! Alors, et pourquoi donc que j'aurais mal là, et en plus à gauche et pas à droite ? Et bien je vous le donne en mille...

Parce que d'une je ne travaille pas encore assez relâchée, et de deux, parce que je ne fonctionne pas de manière complètement symétrique. J'ai toujours la main gauche en retrait par rapport à ma main droite, mon angle d'ouverture du bras est inférieur à gauche (du coup j'ai tendance à bloquer le garrot de mon cheval) et étant moins relâchée, forcément je contracte mon cheval de ce côté là, résultat il fonctionne moins bien à gauche, je me contracte du fait de l'inconfort et c'est un cercle vicieux ! Vous suivez ?

Voilà voilà, donc mon asymétrie provoque de l'inconfort à mon cheval qui réagit en se contractant et en fonctionnant moins bien, du coup j'essaie de résoudre un problème que j'ai moi même créé en me contractant encore plus... Extrêmement judicieux me direz vous ! Encore faut-il s'en rendre compte assez rapidement pour ne pas se faire avoir, de là découle tout l'art de l'équitation. Malheureusement, on n'est pas bon tous les jours !

Donc là, telle que vous me voyez, ou plutôt que vous me lisez, je me remets juste de 3 jours de douleurs atroces à ne pas pouvoir dormir ou presque... Mon traitement miracle : la bouillotte (et sinon le massage en plus ça serait bien mais en ce moment c'est pas possible...). Et oui amis cavaliers, la bouillotte c'est magique, tous les soirs pendant trois jours, bon un petit décontractant musculaire aide un peu parfois, mais sinon c'est vraiment la bonne astuce pour les vilaines contractures qui font mal. J'ai expérimenté le patch chauffant, c'est pas mal non plus, mais l'hiver alors hein, parce que ça chauffe vraiment beaucoup. Et puis le patch à l'avantage de tenir tout seul, je me vois mal me trimbaler avec ma bouillotte partout où je vais... Très classe !

Pour ma part, et pour rassurer ceux qui avaient prévu un budget "mal de dos" de ouf pour le jour de leur reprise de l'équitation (suivez mon regard... premier com de ce billet), je vous avoue aller chez l'ostéopathe de temps en temps histoire de vérifier que tout est "en ligne" et pour essayer de corriger cette foutue asymétrie qui nous pourrit la vie à moi et à mon cheval. Alors de temps en temps ça veut dire de une fois à trois fois par an, c'est tout. Je pense que je devrais faire l'effort d'y aller un peu plus souvent au lieu d'attendre le dernier moment, mais bon, ça ne fonctionne pas si mal comme ça. Et il s'avère que je fais aussi voir mon cheval par un ostéopathe équin (y a pas de raison) une fois par an, exactement pour les même raisons que pour moi, je suis même en train de me rendre compte qu'il serait judicieux que les dates de nos rendez vous respectifs correspondent un peu mieux...

Et sinon, je me suis aussi cassé le cinquième métacarpien en concours hippique... Mon petit doigt est resté accroché un peu trop longtemps dans la rêne ou dans la crinière de mon cheval alors que le reste de mon corps était descendu un peu plus vite que prévu ! Bon, deux mois de plâtre (et c'est pas facile de monter à cheval avec une main dans le plâtre) et évidemment j'ai des os qui ne veulent pas consolider, donc on a finit par enlever le plâtre et mettre une attelle parce que j'en pouvais vraiment plus docteur et résultat je sais toujours pas aujourd'hui si c'est bien consolidé (bon, ça a pas recassé donc c'est que ça doit être bon !).

Voilà, voilà ! Vous savez tout, bande de petits chanceux !! 

7 commentaires:

  1. Je rigole toute seule, car si un non cavalier lit ton post, je doute que cela lui donne envie d'essayer de monter à cheval ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Haha ! Je sais pas, en même temps j'ai pratiqué beaucoup de sports, et chacun avait son lot de courbatures et de traumas plus ou moins récurrents. Dans l'ensemble, l'équitation est le sport qui fait le moins souffrir mon très mauvais physique de sportive !

    RépondreSupprimer
  3. Certains te diront que c'est parce que l'équitation n'est pas vraiment un sport...

    Quoiqu'il en soit, j'espère que je pourrai encore très longtemps monter à cheval.

    RépondreSupprimer
  4. Je me suis toujours demandé ce qu'étaient ces muscles HORRIBLES, qui me donnaient l'impression d'avoir une croix de douleur derrière la nuque... Je me rappelle plus si c'était tout le temps où seulement après les entraînements de horse-ball. Si c'était tout le temps ça veut dire que j'étais une de ces nullardes crispées ? :(

    Sinon pour revenir au hb, après les journées de matches, le lendemain je sortais de mon lit en roulant sur le côté... Mes abdos étaient tellement explosés que j'étais incapable de me redresser. J'avais mal partout, pendant 3jours, comme si je m'étais fais rouer de coups. Et après on dira que c'est pas un sport, mon cul!

    RépondreSupprimer
  5. Ben j'espère que non, sinon ça veut dire que je suis nulle aussi ;) Et oui, j'imagine que le HB est un sport ultra physique et d'autant plus pour les abdos ! En ce qui concerne les références à une partie de ton anatomie, on pourra s'en passer ! Ce n'est pas un langage pour une personne de bonne famille voyons ;)

    RépondreSupprimer
  6. "En revanche, je me suis toujours demandé comment ça se passait pour la gente masculine"
    Alors c'est l'histoire d'un mec...En deux mots : attention aux atterrissages imprévus sur le pommeau !! On étouffe un cri, puis on se tait une bonne dizaine de minutes !
    En général on est entouré de cavalières charmantes, alors pas facile d'expliquer ce changement de tronche subit !!! LOL
    Pour les reste, reprise lundi, on est vendredi et je morfle des adducteurs, bonjour la nuit !
    Mais à part ça, l'équitation reste un plaisir, heureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta participation Jojo ! Tu nous donneras de plus amples précisions après tes futures séances de trot assis !!

      Supprimer